Parking de l'Isatis

Rédigé le - Aucun commentaire

Pour quelle raison l'ONF continue à s'engager coute que coute, dans ses travaux d'agrandissement du parking de l'Isatis?

Bien que plusieurs associations se soient élevées contre ce projet en déployant une batterie d'arguments compréhensibles et faisant appel au bon sens, rien n'y a fait, l'ONF persiste dans une politique d'aménagement sans prendre semble t il, en considération que la forêt de Fontainebleau souffre de son succès et qu'il est grand temps de prendre des mesures qui lui permettraient de résister au mieux - ne soyons pas idéaliste - à la pression périurbaine qu'elle subit. Au projet de l'ONF qui consiste à étendre l'empreinte actuelle qui se situe en proximité immédiate du massif d'escalade, l'option des associations était de rapprocher celui ci de la route départementale et de limiter la pénétration en coeur de forêt.

Arguments présentés en faveur du recul du Parking de l’ISATIS.

Le contexte: Carrefour de la Plaine de Macherin- parcelle ONF767, 765, 766 de la forêt de Fontainebleau. Longitude : 2.598416 Latitude : 48.411115 L’actuel parking de l’Isatis permet la pénétration des véhicules motorisés à l’intérieur de la forêt sur une distance de l’ordre de 500 mètres. La fermeture récente du parking de la cuisinière accroît la fréquentation du parking de l’Isatis. La solution proposée: Implanter un parking en proximité de la D409 dite Voie de la Liberté et implanter des barrières d’accès « interdiction aux véhicules motorisés » Position proposée, Longitude :2.599000 Latitude : 48.415000
Avantages de la solution proposée: ✔ Limiter la pénétration des véhicules motorisés - l’accessibilité des voitures au pied des sites majeurs n’est plus "la bonne approche", ✔ Diminuer les coûts d’exploitation du chemin d’accès au parking, ✔ Prendre une disposition favorable à la 356 ème réserve du programme « Man and the Biosphére de L’UNESCO » en limitant l’impact anthropique, ✔ Dé-densifier l'accès à un site hautement fréquenté (grimpeurs, randonneurs, chasseurs) : l'agrandissement risquant de provoquer un effet "de pompe" d'aspiration à visiteurs, ✔ Possibilité d’endiguer le flux des publics par aménagement de zone de piquenique et limiter ainsi les velléités de pénétration dans la forêt, ✔ Meilleur équilibre des dessertes des massifs de l’Isatis et de la Cuisinière, ✔ Favoriser la protection de la «Forêt d’exception», ✔ Pas de contrainte particulière : Arbres remarquables ou parcelles en régénération, ✔ Laisse la possibilité d’accès aux différents types de visiteurs de la forêt: Randonnée, escalade, VTT, Chasse à courre, …, ✔ Limiter le camping sauvage par l’effet de proximité de la route départementale, Cf. Parkings du cuvier et du rocher de St Germain.

Un aménagement prévu depuis des lustres

Malgré l'argumentation, l'ONF n'a pas jugé nécessaire de surseoir la décision et de remettre à plat l'ouvrage, jugeant que la disponibilité des crédits relatifs aux travaux justifiaient à eux seuls le début des travaux. On assiste donc pour ceux qui ont suivi l'évolution des aménagements locaux à un processus inscrit dans les cartons depuis de nombreuses années. En effet, la zone d'extension du parking a fait l'objet d'un terrassement depuis de nombreuses années. Aprés cette modification de terrain ainsi prévue de longue date, nous avons ensuite assisté sans possibilité de recours à la fermeture du parking de Franchard Cuisinière en 2011 suivi immédiatement du projet d'extension, prenant ainsi de court toutes possibilités de discussion. Aussi, il est difficile de comprendre l'annonce réalisée en début 2012 par le ministre de l'époque que l'on trouve dans le communiqué de presse qui suit et dans lequel il est expressément évoqué "Le renforcement du rôle des comités de gestion, lieux de concertation ", Comités de gestion qui, si l'on comprend bien celui ci, doivent s'inscrire dans un un plan d’action destiné à améliorer le dialogue entre forestiers et usagers de ces forêts remarquables. ....... Vous avez dit dialogue ? Ici le communiqué sur les forêts domaniales périurbaines d’Île-de-France[1] Ici la fiche communiquée par Moutain Wilderness et la FFME 77 [2] dont les arguments sont retenus par les AFF et le Cosiroc.